Les parasites d’eau

Les parasites d’eau représentent le principal danger des eaux de baignade. Même si le risque est moindre en France, en revanche, il est conseillé d ‘être très vigilant lors de vos voyages dans les pays tropicaux. Comment bien choisir votre lieu de baignade ? Quels sont les principaux parasites que vous pouvez rencontrer et comment réduire les risques de contamination ?

Les parasites d’eau&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">DR</span>

Les parasites d’eau  DR

Bien choisir son lieu de baignade

Piscine ou milieu naturel, mer, océan, étang, lac, rivière, canal… pour vous baigner, vous avez l’embarras du choix. A la mer, l’eau est renouvelée grâce aux marées, les risques d’infection sont donc moindres. En revanche, dans les eaux stagnantes, le risque est alors plus élevé car les parasites peuvent plus facilement proliférer. Cette contamination de l’eau peut provoquer divers problèmes chez le baigneur tels que des gastro-entérites, des infections respiratoires ou oculaires, des infections de petites plaies ou des réactions allergiques. Avant de vous baigner, renseignez-vous donc sur la qualité de l’eau (lorsque cela est possible) et évitez les eaux chaudes et stagnantes, véritables bouillons de culture.

Les principaux parasites d’eau

Même s’il en existe un grand nombre, voici la liste des parasites les plus souvent rencontrés en milieu naturel :

  • Le bacille de Whitmore : bactérie que l’on retrouve, en particulier, en Asie du Sud-Est et dans les îles de l’océan Indien. Elle provoque une infection, la mélioïdose. Cette infection se développe plutôt chez les personnes diabétiques, souffrant d’insuffisances rénales et se traite avec des antibiotiques.
  • Les amibes : parasites microscopiques transmis par l’eau et les aliments. Dans les pays tropicaux, les amibes provoquent des diarrhées. Une espèce d’amibe très rare, Acanthamœba, peut créer de graves lésions au niveau de la cornée de l’œil, en particulier chez les porteurs de lentilles.
  • Giardia duodenalis : parasite intestinal responsable de diarrhées, de ballonnements et de maux de ventre. Cette affection existe dans de nombreux pays tempérés (en Europe et Amérique du Nord).
  • La bilharziose : infection parasitaire parfois sévère, provoquée par des vers se trouvant dans les eaux douces. Les larves pénètrent dans l’organisme à travers la peau. Les symptômes sont des démangeaisons ou de la fièvre. Les larves vont ensuite se déplacer dans les vaisseaux sanguins. Lorsqu’ils sont adultes, les vers pondent des œufs qui endommagent les organes où ils se trouvent. Ses symptômes varient selon les organes où vivent les bilharzies et le stade de la maladie : sang dans les urines, diarrhée et troubles intestinaux, inflammation du rectum ou problèmes de foie (cirrhose). Les vers adultes peuvent vivre jusqu'à 15 ans dans l'organisme.

Comment réduire les risques de contamination ?

Pour réduire les risques de contamination, il est important d’adopter quelques gestes simples :

  • n’avalez pas d’eau lorsque vous vous baignez ;
  • ne vous baignez pas avec une plaie ouverte ou si vous souffrez d’une infection de la peau ;
  • baignez-vous dans des eaux propres qui sont soumises régulièrement à des analyses et dont les résultats sont affichés publiquement ;
  • évitez de mettre la tête sous l’eau ;
  • ne marchez pas à pieds nus sur les berges et ne vous asseyez jamais à même le sol.

 

        

Les avis et commentaires
sur les parasites d’eau