Les différentes étapes de construction de votre piscine

Terrassement, gros œuvre, filtration, étanchéité... Où comment construire votre oasis de paix de A à Z, en maîtrisant les techniques associées. Il existe aujourd’hui une infinité de modèles de piscines à prix accessibles, si bien que le luxe d’en acquérir une n’est plus l’apanage des grandes fortunes. À l’heure de la démocratisation du bain, il faut néanmoins prendre quelques précautions primordiales avant de se lancer dans l’aventure : budgéter, définir son type de piscine, son emplacement, son terrain d’implantation, son usage, son accesoirisation. Tout un catalogue d’étapes que nous allons passer en revue.

Les différentes étapes de construction de votre piscine&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">&copy; L'Esprit Piscine</span>

Les différentes étapes de construction de votre piscine  © L'Esprit Piscine

Monter son projet

L’éventail des piscines est tel aujourd’hui que vous avez l'embarras du choix : bassins monocoques, bassins en kit à monter soi-même, bassins gonflables. Construire sa piscine est en définitive une affaire de goût. Même les formes du bassin que vous souhaitez adapter à votre terrain sont variées, à l’instar des aménagements qu’il est possible d’intégrer dans l’ouvrage : cascades, îlots, jets, etc. Cela étant, la construction d’une piscine peut s’avérer relever de l‘imprévu voire de la mauvaise surprise, pour peu que l‘on ne soit pas suffisamment informé ou conseillé. Il est donc fortement recommandé de bien savoir de quoi il en retourne avant d’engager un devis. Prendre le temps de développer son projet vaut mieux que d’essuyer les plâtres ! Il faut avoir à l’esprit que chaque étape de construction (terrassement, montage du bassin, raccordements, remblayage, remplissage de l’espace de baignade, traitement de l’eau) accuse un coût qu’il faut inclure dans son budget, sous peine de voir votre désir le plus cher de posséder une piscine prendre le large. Assurez-vous que votre demande de devis soit la plus claire et complète possible. Ne signez pas sans un parfait décryptage du document que l’on vous tend. Faire trempette, ce n’est pas mettre les pieds dans un engrenage d'ennuis.

Construire une piscine enterrée

La piscine maçonnée en béton

La construction d’une piscine béton monobloc dure environ deux ou trois semaines. Deux techniques de réalisation sont envisageables. Peu importe le choix de la méthode, dans les deux cas de figure vous obtiendrez une piscine en béton armé monobloc réalisable sur mesure.

Le premier procédé se réfère à la technique du béton projeté. L’ossature de la piscine est constituée de treillis de fer, du béton armé hydrofuge est ensuite projeté sur le ferraillage en un seul tenant grâce à un compresseur à haute pression.

Le second procédé fait appel à la technique du béton coulé. Il est procédé en premier lieu à la pose d’un coffrage armé en lieu et place de l’emplacement de la piscine. Le béton est alors coulé dans le coffrage. Si ces constructions pérennes sont personnalisables au gré de l’imagination (dimensions, formes, revêtements, décors), il faut en revanche recourir à un spécialiste car la mise en oeuvre de ces chantiers requiert des compétences pointues : maçonnerie, plomberie, carrelage. Qui plus est, une personne du métier est en mesure de vous garantir une étanchéité durable du produit et le respect des normes techniques et sécuritaires réglementaires.

Au stade du choix de votre piscine, il est d’ailleurs préférable de solliciter les conseils d’un architecte en vue de la conception des plans, l’installation d’une piscine maçonnée étant quasi-définitive. Parmi les inconvénients de la piscine maçonnée, il faut souligner son coût d’investissement relativement élevé (jusqu‘à plusieurs dizaines de milliers d'euros).

En terme de délai, il faut en outre faire preuve de patience avant l’obtention des divers documents administratifs relatifs à l’amorce du chantier de votre piscine : permis de construire, déclaration de travaux. Enfin, comme toute construction durable, la piscine maçonnée affectera à la hausse la valeur fiscale du terrain.  

La piscine maçonnée en parpaings

Dans le cas d’un ouvrage en parpaings, les parois de la piscine sont alignées et scellées sur une dalle de béton qui constitue le fond du bassin. Les panneaux sont maintenus entre eux par des poteaux en béton équidistants. Une ceinture en béton achève de renforcer la coque du bassin.

Les finitions de la piscine maçonnée : quel revêtement choisir ?

L’assurance d’une parfaite étanchéité de sa piscine est un enjeu capital, d’où l’importance du choix du revêtement de finition. Trois types de revêtements, jugés satisfaisants dans leur ensemble, sont commercialisés. Que l’on penche pour l’un ou l’autre, chacun à ses inconvénients.

Le liner

Conçu dans une matière souple en PVC, qui adhère aisément aux parois de la piscine par utilisation de la pression de l‘eau, le liner est réputé pour ses excellentes propriétés d’étanchéité et de résistance aux agressions chimiques, thermiques, mécaniques et climatiques.

Le liner peut se changer après une dizaine d’années de pose. Trois épaisseurs sont disponibles sur le marché : le liner 50/100, 85/100 et le plus prisé le liner 75/100. Seul bémol, ce type de revêtement peut s’abîmer au contact d’une eau mal entretenue. Le liner est sensible à une température trop élevée ou à un pH trop faible.

Les enduits hydrauliques

C’est la solution la plus économique. Mais attention, les enduits hydrauliques peuvent subir un risque de décollement en cas de mauvaise préparation du support d’imperméabilisation. Une expertise professionnelle est essentielle.

Le carrelage

Fabriqué en pâte de verre, en émail et en céramique, le carrelage pour piscine procure un certain éclat à votre bassin. NB : essayer de choisir un carrelage  qui tienne compte de l’humidité environnante. Le carrelage peut s’appliquer sur le fond du bassin et sur les parois, mais le revêtement peut aussi orner les aménagements sur le pourtour de la piscine. Détail important : le talon d’Achille du carrelage, ce sont les jointures.

La peinture

Utilisée comme revêtement, la peinture de piscine appartient à la famille des revêtements dits « dépendants du support », c’est-à-dire qu’elle n’a pas fonction à étanchéifier le bassin. On distingue deux types de peintures de finition : la peinture plastique et la peinture ciment.

Pour ce qui est de la peinture plastique, cette dernière a la double caractéristique d’être imperméabilisante et élastique. Il est conseillé de l’appliquer en deux couches, autrement dit de prévoir une couche d’apprêt (couche d’accrochage). La peinture ciment au contraire n’est pas imperméabilisante. Il faudra donc utiliser de l’enduit hydrofuge entre les couches de peinture. Quel que soit le mode d’emploi, assurez-vous que la peinture est traitée contre les produits chimiques qui servent à l’entretien de la piscine et le chlore.

        

Dossiers

Les avis et commentaires
sur les différentes étapes de construction de votre piscine

  • Bonjour,
    Quels sont les risques à choisir un revêtement avec enduits de finition au mortier de ciment hydrofugé, frotassé et lissé?
    Merci pour votre réponse

    lapin - Le 15/05/13 à 13h27

Tous les avis et commentaires
sur les différentes étapes de construction de votre piscine

Annuaire des
piscinistes de France

Actualité

Galeries photos