DOSSIER : Tout savoir sur les bains romains et les thermes dans l'Antiquité

Le caldarium, la partie la plus chaude des thermes

A l’époque des bains romains, une salle était réservée aux bains chauds et de vapeur : le caldarium (du latin « caldus » qui signifie « chaud »). Aujourd’hui, certaines stations thermales ont conservé l’appellation pour designer les pièces où se trouvent les bains les plus chauds des thermes.

Un caldarium moderne, inspiré par l'architecture des thermes romains.&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">&copy; Cyril Comtat - Fotolia.com</span>

Un caldarium moderne, inspiré par l'architecture des thermes romains.  © Cyril Comtat - Fotolia.com

Le caldarium, à l’origine

Dans l’Antiquité, le caldarium était orienté vers le sud ou le sud-ouest, pour profiter au maximum de la chaleur naturelle apportée par le soleil. Pour le reste, la chaleur était apportée par un foyer et diffusée au sol par le système de l’hypocauste.

Généralement ronde ou rectangulaire, la pièce était composée de murs hauts, d’aqueducs, de colonnes, de mosaïques et de marbre. Selon les villes, le caldarium pouvait compter d’un seul à une dizaine de bains chauds, de tailles et de températures différentes. On sait que les romains chaussaient des sandales de bois pour traverser le caldarium sans se brûler les pieds. Par conséquent, les archéologues estiment la température du caldarium entre 50 et 55°C.

Le caldarium comprenait au moins une fontaine d’eau froide, pour se rafraîchir brièvement après un bain brûlant prolongé. Aujourd’hui encore, ce rituel des thermes est conservé et les plus courageux alternent eau chaude et eau froide.

Certains incluent également le sudatorium, bain de vapeur ancêtre du hammam, et le laconicum, étuve sèche ancêtre du sauna, dans le caldarium. En réalité, il semblerait que ces pièces aient toujours été séparées des bains (d’où leurs appellations différentes).

Les bienfaits des bains chauds

Même s’ils se rendaient aux bains en priorité pour se laver et discuter, les Romains faisaient déjà preuve d’intérêt pour l’hydrothérapie. Ils connaissaient, par exemple, les vertus purifiantes de la chaleur. Grâce à l’ouverture des pores, le corps évacue certaines toxines par la peau. De plus, l'application d'une crème, d'une huile ou d'un quelconque soin après un bain chaud décuple son efficacité.

En outre, les bains d’eau chaude dilatent les vaisseaux sanguins (phénomène de la vasodilatation), et relancent ainsi la circulation sanguine. Enfin, la chaleur détend les muscles et l'esprit et soulage les douleurs et les rhumatismes.

Attention ! Si vous souffrez d’insuffisance cardiaque, la baignade prolongée dans une eau trop chaude peut vous être néfaste ; en effet, la chaleur accélère naturellement les battements du coeur.

DOSSIER : Tout savoir sur les bains romains et les thermes dans l'Antiquité

  1. Le frigidarium, la pièce froide des thermes
  2. Le tepidarium, salle de repos tiède des thermes
  3. Le caldarium, la partie la plus chaude des thermes
  4. Les bains romains, ancêtres des thermes
  5. Le laconicum, cousin romain du sauna
  6. Le sudatorium, ancêtre du hammam
        

Dossiers

Les avis et commentaires
sur le caldarium, la partie la plus chaude des thermes

Annuaire des
thermes de France

Actualité

Galeries photos