DOSSIER : Tout savoir sur les bains romains et les thermes dans l'Antiquité

Le laconicum, cousin romain du sauna

Dans la Rome Antique, les bains romains étaient divisés en plusieurs espaces selon leurs fonctions et températures. Parmi eux se trouvait le laconicum, une étuve sèche qui fonctionnait selon le principe du sauna. A quoi ressemblait le laconicum, quelles étaient les habitudes des romains, et quels sont les bienfaits de la chaleur sèche ?

Vestiges du laconicum des thermes de Caracalla à Rome.&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">&copy; fusolino - Fotolia.com</span>

Vestiges du laconicum des thermes de Caracalla à Rome.  © fusolino - Fotolia.com

Le laconicum, sauna du sud ?

Lorsque l’on parle d’étuve sèche, on pense systématiquement au sauna, cette petite cabane de bois originaire des pays nordiques. À raison d’ailleurs, puisque le sauna tel que nous le connaissons est une tradition qui perdure depuis 2 000 ans en Finlande, Norvège et Suède.

Dans les bains romains, le laconicum se trouvait souvent à proximité (voire à l’intérieur) du caldarium, la pièce la plus chaude des thermes. Le laconicum était une pièce circulaire (ou semi-circulaire) voûtée, chauffée à près de 80°C par un foyer situé en son centre. Contre les murs, des banquettes étaient installées. Les romains s’y asseyaient durant une dizaine de minutes avant de racler la sueur avec une strigile.

Après une séance de laconicum, les romains se rendaient dans les bains chauds du caldarium. La tradition de la douche fraîche après le sauna semble donc être plutôt nordique.

Les bienfaits de l’étuve sèche

Le laconicum, comme le sauna aujourd’hui, trouvait sa place dans les thermes car il permettait de transpirer sans effort. Plus chaud que le sudatorium (étude humide, comparable au hammam), le laconicum permet une purification du corps plus profonde, car la transpiration et les toxines évacuées sont plus abondantes. L’étuve sèche présente également l’avantage de soulager les douleurs musculaires, d’apaiser l’esprit et de favoriser l’endormissement ; vous sortirez du sauna comme sur un petit nuage.

En revanche, la chaleur sèche est plus difficile à supporter que celle du hammam par exemple. Elle est donc déconseillée aux personnes cardiaques, souffrant d’asthme, d’hypertension ou d’insuffisance veineuse.

Pour en savoir plus sur les bains romains, découvrez également le tepidarium et le frigidarium.

DOSSIER : Tout savoir sur les bains romains et les thermes dans l'Antiquité

  1. Le frigidarium, la pièce froide des thermes
  2. Le tepidarium, salle de repos tiède des thermes
  3. Le caldarium, la partie la plus chaude des thermes
  4. Les bains romains, ancêtres des thermes
  5. Le laconicum, cousin romain du sauna
  6. Le sudatorium, ancêtre du hammam
        

Dossiers

Les avis et commentaires
sur le laconicum, cousin romain du sauna

Annuaire des
thermes de France

Actualité

Galeries photos