La flottabilité en natation

Selon le principe de la poussée d’Archimède, flotter est naturel. Cependant, certains nageurs flottent mieux que d’autres et cela a une incidence directe sur leur motricité en milieu aquatique. Découvrez comment il est possible de réduire la résistance à l’avancement et améliorer la propulsion afin de gagner en performance et en technique.

La flottabilité en natation&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">DR</span>

La flottabilité en natation  DR

Qu’est-ce que la flottabilité ?

La flottabilité est la poussée verticale du bas vers le haut que l’eau exerce sur un volume immergé. Elle s’oppose à la gravité qui est l’attraction de la force terrestre du haut vers le bas. La flottabilité dépend de la densité du milieu mais aussi du sujet. En eau salée, la flottabilité sera largement supérieure qu’en eau douce. Cette flottabilité dépendra aussi de la répartition des os du nageur, de ses muscles, de sa graisse et du remplissage de ses poumons. En immersion, certains nageurs du même poids flotteront mieux que d’autres. Ils devront alors fournir plus d’efforts pour rester à la surface de l’eau et se déplacer dans l’eau. La motricité du nageur dépend aussi d’autres facteurs tels que la résistance à l’avancement et la résistance propulsive (ou active).

La résistance à l’avancement

La résistance à l’avancement est la résistance qu’exerce l’eau sur le corps. Elle ralentit l’avancée du nageur dans l’eau et augmente la dépense énergétique. Pour réduire cette résistance, le nageur doit s’allonger le plus possible dans l’eau et adopter une position hydrodynamique. Plus il se rapproche de la forme d’une goutte d’eau, plus il glisse dans l’eau et moins il subit la résistance de l’eau. Il est possible de réduire cette résistance en plaçant correctement les mains, les bras et les jambes dans l’eau. Au moment de respirer, sortez la tête de l’eau juste en surface et inspirez le plus vite possible pour ne pas rompre l’équilibre de nage. Après avoir réduit cette résistance, il est possible alors de se concentrer sur la propulsion.

La propulsion du nageur

En natation, la propulsion se fait en opposant une résistance à l’eau. On parle alors de résistance propulsive ou active. Prenez l’exemple d’une barque. Elle n’avancera que grâce à la résistance qu’opposent les rames en entrant dans l’eau. Les bras du nageur sont donc des rames qui lui permettent d’avancer dans l’eau. Les battements de jambes ont aussi un effet propulsif mais moindre en comparaison avec les mains, les bras et les avant-bras. Il est important pour le nageur de bien placer ses mains dans l’eau et d’utiliser la face intérieure des avant-bras pour prendre appui et « attraper » le plus d’eau possible. En réduisant au maximum la résistance à l’avancement et en améliorant la résistance propulsive, le nageur gagne en performance et s’épuise moins vite.

        

Les avis et commentaires
sur la flottabilité en natation