La propulsion du nageur en natation

En milieu aquatique, le corps perd ses appuis terrestres et doit trouver une autre alternative pour pouvoir se propulser et réduire la résistance à l’avancement. Guide-piscine vous explique la notion de propulsion en natation, comment l’améliorer et quelles sont les erreurs à éviter.

La propulsion du nageur en natation&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">DR</span>

La propulsion du nageur en natation  DR

Propulsion ou résistance active

En natation, la propulsion se fait grâce à des appuis solides mais aussi principalement liquides. Les appuis solides se font au moment du départ, qu’il s’agisse d’un départ plongé ou d’une poussée contre le mur avec les pieds, et au moment des virages. Ces appuis solides sont très intéressants car ils permettent de gagner en vitesse tout en fournissant un effort physique moindre. Les chronos des nageurs sont d’ailleurs meilleurs en bassin de 25 m qu’en bassin de 50 m car ils ont plus de virages donc plus d’appuis solides. Les appuis liquides se font en revanche lors des phases nagées lorsque le nageur prend appui dans l’eau pour avancer. On parle aussi de résistance active car il s’agit d’une résistance qui aide à la propulsion dans l’eau. La propulsion du nageur dépend principalement de la prise d’appuis dans l’eau. Pour se propulser, le nageur devra utiliser la paume des mains, les doigts, la face interne des avant-bras et les bras ainsi que la face antérieure des pieds et les jambes (en crawl) et la plante des pieds et la face interne des jambes (en brasse).

Comment améliorer la propulsion en natation ?

Pour améliorer sa propulsion, il est important, avant toute chose, de réduire la résistance à l’avancement. Cela passe par une meilleure position du corps dans l’eau et un meilleur placement des mains, des bras et des jambes. Vous pouvez ensuite vous concentrer sur la propulsion. Pensez tout d’abord à bien orienter votre main sous l’eau. Elle doit être perpendiculaire au mouvement. Utilisez également la face interne de vos avant-bras comme s’il s’agissait d’une rame pour « attraper » le plus d’eau possible. Gardez vos doigts bien serrés et dessinez un S lorsque vous ramenez votre bras vers l’arrière. N’hésitez pas à expirer plus fort à ce moment et à accélérer le mouvement de bras. Lorsque votre main entre dans l’eau, allez chercher vos appuis le plus loin possible et aussi le plus profond possible de façon toujours pour « attraper » le plus d’eau possible. En maintenant vos bras juste sous la surface de l’eau, vos mouvements seront beaucoup moins efficaces. Vous pouvez aussi faire des éducatifs pour améliorer votre prise d’appuis. Nagez le crawl avec les poings fermés pour mieux utiliser vos avant-bras, avec un pull-buoy pour vous concentrer sur vos bras ou avec une planche pour travailler vos battements de jambes. Pour évaluer vos progrès, comptez votre nombre de coups de bras à chaque longueur et essayez de les réduire.

Les erreurs à éviter

L’erreur la plus fréquente chez le nageur est d’augmenter le nombre de coups de bras et les battements de jambes pour se propulser davantage. Au contraire, privilégiez les mouvements amples, les prises d’appui loin devant et les accélérations des bras sous l’eau. Essayez de bien coordonner vos mouvements de bras de façon à ne pas casser le rythme de nage et à ne pas perdre en vitesse.

        

Les avis et commentaires
sur la propulsion du nageur en natation