Le plongeon de haut-vol : des sensations extrêmes

Si le plongeon « simple » consiste à entrer dans l’eau la tête la première, c’est aussi une discipline sportive. Le plongeon de haut-vol requiert une grande technique et beaucoup de concentration.

Le plongeon de haut-vol : des sensations extrêmes&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">&copy; Balazs Gardi / Red Bull Cliff Diving</span>

Le plongeon de haut-vol : des sensations extrêmes  © Balazs Gardi / Red Bull Cliff Diving

Plongeon de haut-vol : à partir de 10 mètres

Le plongeon est une discipline de la natation, comme la natation synchronisée ou le water-polo. En compétition de natation, les plongeons peuvent être réalisés à partir de tremplins ou plateformes de 1, 3, 5, 7,5 et 10 mètres de hauteur. On parle de plongeon de haut-vol à partir de 10 mètres.

Plongeon avant, arrière, renversé, équilibre : on attribue à un plongeon acrobatique de haut-vol une note technique et artistique. Différentes figures peuvent être réalisées en vol. Toutes les phases du plongeon sont jugées, depuis le départ jusqu’à ce que le corps soit entièrement dans l’eau.

Plongeon de très haut-vol et plongeurs de l’extrême

Un plongeon de haut-vol peut s’effectuer depuis un hélicoptère à une vingtaine de mètres de haut, ou depuis une falaise (cliff diving en anglais). En pleine nature, un plongeon de haut-vol est très impressionnant. Les plongeurs de l’extrême peuvent plonger et réaliser des figures dans des petits bassins, peu profonds, depuis des rampes d’une hauteur de plus de 20 mètres. Pour plus d’effets, ils plongent parfois avec des torches enflammées, ou en étant eux-mêmes enflammés.

Pour que le plongeur voie la surface de l’eau avant de se lancer, il faut que l’eau soit en mouvement ou que des jets d’eau soient disposés. Cela lui permet de mieux anticiper et de préparer sa réception dans l’eau. En revanche, en compétition de plongeon, le plongeur doit faire le moins d’éclaboussures possible en pénétrant dans l’eau. Dans ce cas, la surface de l’eau est immobile.

Le plongeon de très haut-vol est risqué. Depuis une telle hauteur, on n’atterrit pas la tête la première dans l’eau. Le choc est trop dangereux : le plongeur peut arriver à une vitesse de 100 km/h.

Plongeon de haut-vol, plongeon de falaise ou plongeon enflammé : ces disciplines de haute performance ne sont pratiquées que par quelques sportifs dans le monde.

        

Les avis et commentaires
sur le plongeon de haut-vol : des sensations extrêmes