Natation et syndrome du piriforme

Le syndrome du piriforme, appelé aussi syndrome pyramidal, est souvent confondu avec une sciatique car la douleur prend son origine dans la même région et que le muscle du piriforme est situé juste à côté du nerf sciatique. En cas de douleur, il est possible de continuer à nager en prenant des précautions indispensables pour ne pas aggraver le problème.

Natation et syndrome du piriforme&nbsp;&nbsp;<span class="normal italic petit">DR</span>

Natation et syndrome du piriforme  DR

Qu’est-ce que le syndrome du piriforme ?

Le syndrome du piriforme, appelé aussi le syndrome pyramidal, est une contracture, un épaississement et une hypertrophie du muscle du piriforme. Il est situé dans la fesse juste à côté du nerf sciatique. En cas de syndrome du piriforme, le muscle piriforme vient irriter le nerf sciatique et fait apparaître une douleur dans la fesse qui peut descendre vers la jambe voire jusqu’au pied. Le syndrome du piriforme est souvent confondu avec une sciatique puisque la douleur est presque similaire et il n’est pas toujours détecté. Il apparaît chez les coureurs à pied et chez les personnes qui restent très longtemps en position assise.

La natation est-elle compatible avec le syndrome du piriforme ?

La natation est très souvent recommandée par les médecins du sport ou les kinésithérapeutes en cas de rééducation ou pour substituer un autre sport en cas de lésion musculaire. Grâce à l’eau, votre corps est soulagé d’une partie de son poids, vos articulations sont préservées et vos muscles se détendent. Vous pouvez alors continuer à faire du sport tout en douceur. Il faut cependant être vigilant en cas de syndrome du piriforme car il affecte toute la partie inférieure du corps et rend vos hanches sensibles. Selon certains, la natation aurait tendance à aggraver le syndrome du piriforme. Pour éviter d’aggraver la lésion, il est préférable de nager seulement grâce à des mouvements de bras. Evitez les palmes, les battements de jambe, la brasse et le papillon. Il est possible de nager le dos crawlé ou le crawl à condition d’utiliser un pull-buoy. En cas de syndrome du piriforme, il vaut mieux demander conseil à votre médecin ou votre kinésithérapeute. Selon la gravité de votre lésion, il saura parfaitement vous recommander quels types d’exercices vous pouvez pratiquer.

Rester actif ou inactif ?

Le syndrome du piriforme est assez similaire à la sciatique et il est plutôt recommandé de se reposer pour éviter d’aggraver le problème. Cependant, rester actif est aussi très important car cela permet de continuer à solliciter le muscle. Bien entendu, il faut y aller tout en douceur et ne pas trop forcer si la douleur est trop vive.

        

Les avis et commentaires
sur natation et syndrome du piriforme